© 2023 by Name of Site. Proudly created with Wix.com

POEMES DE CIRCONSTANCE
Poëme pour IZILDA
morte du crabe
Le 10/01/2013

Ce matin, pas comme les autres, la famille et les amis

Ont rendus l’ultime hommage à l’être cher

Tous serrés les uns contre les autres, tous unis

Pour l’épouse, la soeur, la tante, l’amie ou la mère

 

Dans la foule compacte débordant de la petite église

Les visages étaient blêmes et les coeurs tristes                                  

Beaucoup pleuraient doucement sans maîtrise

Effondrés par l’injustice de la situation, mais fatalistes

 

Impossible de s’opposer à la volonté divine

A la maladie qui de l’intérieur creuse et mine

Ces corps temporels et fragiles que nous subissons

Mais auquel on s’accroche pour de bon

 

Mais haut les coeurs, le ciel s’est ouvert, prions

Son âme pure monte directement vers la vie éternelle

Plus de souffrance pour elle mais la grande ascension

Où seul les justes touchent à l’immortel

Poëme pour les 50 Ans d'une Ex-amie
Il y a longtemps

Que te dire, AMIE, du temps

Qui, chaque jour, fout le camp

Qui pense, à nos vingt printemps

Qu’un jour, on fêtera nos cinquante ans

 

Bien peu voient le temps

Où la sagesse prend le devant

Où le cœur plus raisonnablement

A la raison s’accommodant

 

Quand on aime on a toujours vingt ans

Vous présents et nous tristement absents

Chacun aujourd’hui retrouve son cœur d’enfant

Pour tous ensemble signer joyeusement

 

Le livre d’or de tes cinquante printemps

Nous qui t’aimons sincèrement

Poëme pour la Communion de Julien
Le 15 Juin 1996

J’entre aujourd’hui en votre présence

dans une nouvelle vie où cohabitent Dieu et Connaissance

deux mondes bien différents et un peu opposés

dont ma jeunesse est en quelque sorte la destinée

 

Je suis heureux que vous soyez tous là

Parents et amis, pour m’aider à franchir ce pas

Ils sont tous là, même ceux du port

n’ont pas hésité à franchir les frontières du Grand Nord.

 

Christian et Claude assistants de tous les jours

ont dispensés tous leurs efforts avec amour

Papa, Maman, notre Famille, nos Amis,

et tous ceux qui chaque jour côtoient ma vie

 

Mireille douce et gentille marraine

Jeannot parrain amical, quelle vaine

depuis longtemps me montre le chemin

qui sera, je l’espère, demain, le mien

 

Finit les remerciements et le coté Spirituel,

tournons la page, et voyons le coté matériel

nous sommes ici pour que chacun festoie à loisir

ma communion c’est d’abord vous, puis le plaisir

Pour l’année 2008, c’est fini, et celle qui arrive va être dure,

Tout le monde le dit, à nous de les faire mentir,

Leur montrer à tous qu’on a gardé notre esprit pur

Et ainsi contre vents et marée, peines et souffrances, éviter le pire

 

Il est temps d’être solidaire, de regarder amicalement son voisin

Faire la paix sans compter et enfin savoir pardonner

Les défauts et les erreurs, aider chacun à accomplir son destin

Aider les déshérités à relever le nez, à vivre, à espérer

 

Pour nous tous, pourvus et insatisfaits, prendre conscience

De notre chance, de notre bonheur, de la vie dorée qui est la notre

Faire le point de ceux que l’on aime, les soutenir en toute confiance

Dans leurs efforts, contre leurs faiblesses, en faire, de la vie, les apôtres

 

Par tous les moyens, donner la joie et le bonheur à notre famille

Prendre en charge ses proches et les aimer tant qu’on le peut

Pour cette année 2009 et celles qui suivront, cesser de voir l’escarbille

Dans cet œil, ouvrir notre cœur et notre âme et enfin les yeux

VOEUX POUR 2009

Le 21 Décembre 2009

Michèle 50 ans
Lyon Le 12 Mars 2005

Eh bien ça y est Michèle

T’en as cinquante aujourd’hui

Même si le hasard s’en mêle

Sache que ce n’est pas fortuit

 

Tous nous y passons ou y passerons

Même si certains font les fanfarons

Le cœur un peu mais surtout le corps

De cet état en souffre très fort

 

Fini les guinguettes et les nuits folles

Dés ce jour sache que c’est du tricot dont tu raffoles

Oui, oui, le zizi est toujours présent

Mais c’est à tes dents

Qu’il faut que tu fasses gaffe

Même si c’est du 38 que tu chausses

Ce sont tes ratiches qui se déchaussent

 

Que restera-t-il des bons moments ?

De la tendresse et de l’amitié, profite pour l’instant

Avant le cocktail « Elzaimer, Krosfeld, Parkinson » redoutables

Profite encore quelques semaines de ton râble.

Gentille marmotte, souvent endormie

N’oublie pas de refaire le lit.

Un jeunot, Oui bien sûr,

Mais assurer c’est parfois un peu dur

 

Nous t’aimons, contre vents et marées

Heureuse cinquantenaire, t’as fait la moitié du chemin

Réserve l’autre moitié pour demain

Et pour toi, un identique nombre d’années